Les chiffres du marché immobilier en Floride pour 2017 sont tombés cette semaine.

Malgré une année considérée comme un peu terne, les investissements étrangers dans le Sud de la Floride ont encore augmenté de 15% à 7,1 milliards de dollars.

En tête des pays, l’Argentine avec près de 15% du total des achats immobiliers l’année dernière, selon l’Association des Realtors de Miami. Les Vénézuéliens suivent avec 11% des acquisitions, puis les Canadiens et les Colombiens (9%), et les Brésiliens (8%).

Le comté de Miami-Dade qui représente 51% des transactions sur le Sud de la Floride est toujours dominé par les Vénézuéliens, qui poursuivre leur fuite du pays en raison des nombreuses difficultés politiques et économiques locales. Certaines villes comme Doral ou Weston sont maintenant réputées pour accueillir de nombreux ressortissants du Venezuela et sont  même surnommées « Dorazuela » ou « Westonzuela » !

La France, arrive, quant à elle, juste derrière tous ces pays d’Amérique du Sud avec 4% des achats sur Miami, suivie par l’Equateur et l’Italie (3%).

Plus au nord, sur les comtés de Broward (autour de Fort Lauderdale) et de Palm Beach (autour de West Palm Beach et Boca Raton), les investissements étrangers sont principalement tirés par les Canadiens. Le Canada seul compte pour 12% des achats dans le comté de Broward et même 31%  sur celui de Palm Beach!

Mais, au delà de l’analyse simple de tous ces chiffres, ce qui est intéressant de retenir et ce sur quoi j’insiste souvent auprès de mes clients est que la Floride n’est pas un bloc homogène en terme de population et de culture.
Clairement, il y a des différences assez marquées entre Miami-Dade, Broward et Palm Beach. Miami-Dade est très fortement influencée par la culture latine. Cela se voit et se ressent dans la population, dans la langue parlée (dans certains quartiers ou pour certaines professions l’espagnol uniquement), dans l’environnement global des affaires et du travail.

En remontant sur Fort Lauderdale et encore plus Boca Raton ou West Palm Beach, soit entre 30mn et 1h30 de Miami, on a tendance à retrouver une vraie culture américaine, et ce dans tous les aspects cités précédemment.

J’aime à raconter à mes clients cette phrase souvent entendue dans la bouche de Sud-Américains vivant à Miami : « Miami c’est bien. Le seul problème est que c’est un peu trop près des Etats-Unis ! »

Il faut donc bien réfléchir à tous ces aspects avant de se lancer dans l’aventure. Même si Miami, très cosmopolite et ultra dynamique continue à attirer la grande majorité des Français, je vois de plus en plus de personnes qui décident de remonter un peu vers le nord pour espérer y vivre mieux le vrai rêve américain. Il n’y a évidemment pas de bon ou mauvais choix, il n’y a que des choix …

Parlons-en ensemble.